Les manœuvres d’équilibration de l’oreille moyenne

Partager
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une « MANŒUVRE D’EQUILIBRATION » consiste à équilibrer la pression de l’air contenu dans les cavités aériennes de la tête et le milieu extérieur (en plongée sous-marine, aviation, etc.).

L’équilibration des pressions

Lors de la descente, l’air contenu dans l’oreille moyenne d’un plongeur est en dépression par rapport au milieu ambiant, ce qui crée une déformation du tympan.

Le plongeur doit alors volontairement insuffler de l’air dans son oreille moyenne via les trompes d’Eustache, tubes membraneux qui relient « la caisse tu tympan »ou oreille moyenne et le « nasopharynx » partie supérieure du pharynx derrière la luette et le voile du palais, afin d’équilibrer les pressions et ainsi éviter traumatisme.

Cette manœuvre, si elle est mal exécutée, peut elle-même s’avérer traumatisante pour les tympans et l’oreille moyenne et interne.
C’est pourquoi elle doit être réalisée de manière précoce et fréquente lors de la descente en plongée, voire maintenue plusieurs seconde durant les 15 premiers mètres d’une descente dans le bleu afin de garder les orifices des trompes d’Eustache ouverts et ainsi éviter les « forçages à répétition » de ces orifices musculaires, forçages qui sont générateurs d’inflammation locale et de difficultés ultérieures à leur ouverture.

Il n’est pas nécessaire de faire de manœuvre inverse à la remontée, l’équilibre se fait de façon passive au travers du canal membraneux de la trompe ; l’air en surpression dans la caisse du tympan ouvre naturellement le conduit.

Sur terre (sauf variation de pression brutale montée rapide par exemple en voiture ou lors d’une explosion), cette manœuvre n’est pas nécessaire dans la mesure où les orifices des trompes d’Eustache s’ouvrent avec les déglutitions, la respiration et la parole environ toutes les 1 à 2 minutes.

  • Il existe plusieurs manœuvres d’équilibrage :
  • Manœuvre de Valsalva, d’Antonio Valsalva
  • Manœuvre de Frenzel
  • Manœuvre de Toynbee
  • Béance tubaire volontaire de Delonca ou BTV

Les différentes manœuvres

VALSALVA

Il s’agit de la manœuvre la plus utilisée. Elle consiste à se pincer le nez et à souffler progressivement bouche fermée.
Elle a néanmoins pour inconvénient d’être relativement traumatisante pour les tympans, étant donné que le plongeur force l’équilibrage, mais pour avantage d’être une des plus aisées à mettre en pratique. On doit noter que l’on risque un barotraumatisme aggravé de l’oreille en pratiquant le Valsalva pendant la remontée en plus du risque accru d’ADD lié au passage facilité de bulles au travers du filtre pulmonaire ou d’un FOP.
On l’enseigne comme première méthode d’équilibrage, mais on devrait lui substituer une autre méthode moins problématique.

FRENZEL

La manœuvre dite de Frenzel consiste à plaquer la langue en haut et à l’arrière du palais. Il faut, nez pincé, bouche ouverte et glotte fermée, placer la langue sur le palais en prononçant le son « KE ». Ce mouvement crée ainsi une légère surpression dans la partie postéro-supérieure du pharynx (Nasopharynx) ou s’ouvrent les trompes d’Eustache.

TOYNBEE

Elle consiste, nez pincé et mâchoire fermée, à effectuer un mouvement de déglutition. Ce mouvement crée de même une légère surpression dans le Nasopharynx.

BTV DE DELONCA (béance tubaire volontaire)

Cette manœuvre stimule certains muscles pharyngés permettant d’ouvrir activement les orifices musculaires des trompes d’Eustache, ceci en reproduisant les mouvements musculaires du bâillement, mâchoire fermée.

Les cas particuliers

Les enfants

On estime que chez les enfants, la maturité des trompes d’Eustache arrive vers l’âge de 7 à 8 ans. Plus jeunes, il leur est alors très difficile de procéder à un équilibrage efficace. Ceci explique entre autre qu’en France, la plongée sous-marine soit déconseillée avant cet âge.

Le vertige alterno-barique

Cet incident arrive fréquemment en chasse sous-marine. À la descente, lors de la manœuvre d’équilibrage, si cette dernière n’a pas été réalisée de manière symétrique dans les 2caisses du tympan, se crée un déséquilibre au niveau des informations fournies au cerveau par les canaux semi-circulaires, ce qui se traduit alors par un vertige.
Il est aussi très fréquent à la remontée ou la vidange passive des oreilles moyenne se fait de façon asymétrique sur des orifices de trompes d’Eustache forcés par exemple. Cet incident n’est pas dangereux en soi, si ce n’est qu’il survient dans un milieu potentiellement dangereux ou la victime risque de paniquer.

Les traumatismes

Des Trompe d’Eustache

Le risque en plongée est de provoquer une inflammation obstructive des orifices musculaires des trompes. Cette obstruction peut être levée (en se mouchant doucement par exemple) ou persister et provoquer des bruissements, une sensation d’eau dans l’oreille voire une surdité plus ou moins complète. Le fait de forcer la manœuvre dans ces conditions peut entraîner une perforation du tympan ou même un traumatisme inflammatoire des osselets ou des fenêtres rondes ou ovales de l’oreille moyenne.

Du Tympan

Lorsque le tympan a été traumatisé par un équilibrage trop tardif ou trop brutal, il peut survenir une « otite barotraumatique » qui peut aller de la simple inflammation à la perforation du tympan.

Le Coup de piston

Un « coup de piston » est bien souvent lié une manœuvre de compensation des pressions trop tardive et trop violente.
On observe alors des acouphènes, des sensations de bruit dans l’oreille, une surdité brusque ce qui impose de consulter d’urgence un spécialiste.
En effet le traumatisme des membranes appelées « fenêtres rondes et ovales » situées entre les oreilles moyenne et interne peut aller jusqu’à leur déchirure parfois et met alors en relation l’Oreille moyenne qui est un milieu relativement « septique » avec les cavités et les organes et liquides normalement « stériles » de l’oreille interne. Il s’en suit un risque infectieux local avec menace sur la vitalité de l’oreille interne voire un risque plus général très grave de « « méningite septique » du fait de la communication anatomique entre l’oreille interne et le liquide céphalorachidien le long du nerf auditif.

 

Marcel Paniagua Médecin Fédéral Riom Subaquatique

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *